Elmeskolan, l’école de l’avenir 30 Octobre 2018 Retour

Des fenêtres Smartwin dotées d’intercalaires SWISSPACER ULTIMATE équipent l’école passive d’Älmhult, une localité du sud de la Suède qui est aussi le berceau d’IKEA

Elmeskolan, l’école de l’avenir

Avec un besoin thermique de 9 kWh/m² pour une superficie utile de 10 300 m², Elmeskolan, à Älmhult, est la plus grande école passive de Suède. Construite selon les normes internationales applicables aux constructions passives, elle est équipée de fenêtres fabriquées par l’entreprise lettonne i2 Factory, membre du réseau Smartwin, qui regroupe 15 PME spécialistes de la fabrication de fenêtres dans dix pays d’Europe. Le vitrage isolant est doté d’intercalaires SWISSPACER ULTIMATE qui assurent une efficacité énergétique optimale et un confort maximal.

 

« Älmhult connaît une croissance rapide et nous devions construire une nouvelle école pouvant accueillir plus de 800 élèves », explique Lars Lund, chef de projet à la municipalité d’Älmhult. Achevé fin 2017, le bâtiment construit sur deux niveaux abrite une école traditionnelle, une école internationale anglophone et une crèche internationale. älmhult est aussi la ville où IKEA a ouvert son premier magasin de meubles, en 1958, et a installé l’un de ses principaux sites. L’entreprise compte quelque 53 nationalités parmi les membres son personnel et, comme le souligne Lars Lund, « bon nombre des élèves inscrits à l’école internationale ont des parents qui travaillent chez IKEA et qui passent quelques années à Älmhult ».

 

« Les élus locaux voulaient une école économe en énergie », poursuit-il. Il règne une température d’environ 21°C à l’intérieur du bâtiment. La production d’eau chaude et de chaleur est assurée par géothermie : 20 sondes géothermiques alimentent en air chaud huit systèmes de ventilation. Les coefficients de transmission thermique ou valeurs U de l’enveloppe du bâtiment s’échelonnent de 0,06 à 0,13 W/m²K et les murs extérieurs sont formés de panneaux sandwichs en béton et polyisocyanurate (PIR) de 255 à 295 mm d’épaisseur. Simone Kreutzer, architecte et ingénieure chez IG Passivhus Sverige AB, accompagne et coordonne la construction de bâtiments passifs, comme elle l’a fait pour le chantier d’Elmeskolan. Elle explique : « Pour construire une maison passive dans un pays aussi froid que la Suède, il faut des fenêtres de classe d’efficacité énergétique A. On n’en fabrique pas en Suède ». C’est pourquoi elles ont été fournies par l’entreprise lettonne i2 Factory. Certifiées par l’institut Passivhaus de Darmstadt, en Allemagne, les fenêtres Smartwin ont été conçues par l’entreprise allemande pro Passivhausfenster GmbH. Elles sont produites localement dans les dix pays d’Europe où sont implantés les fabricants du réseau Smartwin. La fenêtre standard (123 x 148 cm) offre une valeur U de 0,62 W/m²K.

« Les ouvrants fins nous permettent de maximiser les apports solaires », explique Franz Freundorfer, de pro Passivhausfenster GmbH. Le châssis en bois avec profilé en aluminium mesure plus de 106 mm d’épaisseur et accueille un triple vitrage de 48 mm avec des intercalaires à bords chauds. « Notre préférence va aux intercalaires SWISSPACER. Le SWISSPACER ULTIMATE affiche les meilleures valeurs Psi du marché ; il est résistant et garantit une excellente étanchéité qui empêche le gaz de s’échapper du vitrage et l’humidité d’y pénétrer », souligne Freundorfer. « Autre avantage des intercalaires SWISSPACER : ils maintiennent une température élevée au bord du vitrage, de l’ordre de 16 ou 17 °C, et évitent ainsi la formation de condensation », ajoute Simone Kreutzer.

Selon elle, les bâtiments passifs conformes aux normes internationales sont encore peu nombreux en Suède, mais le secteur est actuellement en plein essor grâce à la construction d’écoles et de crèches passives. Les systèmes de ventilation à la demande – nécessaires dans une construction passive – équipent déjà la plupart des bâtiments suédois depuis 25 ans. à cela s’ajoute que la maison passive est conçue pour être plus compacte et plus fonctionnelle. L’investissement nécessaire pour la construction est donc moins élevé dans le cas de grands bâtiments. Le coût de fonctionnement est plus faible lui aussi, le besoin de chaleur pouvant être inférieur de 75 % à celui d’une maison classique.

La façade de l’école est embellie par les fenêtres de différentes tailles et leurs châssis multicolores et l’intérieur jouit d’une excellente luminosité grâce à une exploitation judicieuse de la lumière : le nombre d’ouvertures et leur dimensionnement ont été pensés de manière optimale en fonction de leur orientation et de leur fonction et le verre est très présent à l’intérieur du bâtiment. Les portes en verre et les éléments de verre intégrés aux cloisons qui séparent les salles de classe laissent pénétrer la lumière jusque dans les moindres recoins et couloirs. « En plus de permettre des économies d’éclairage, ce concept crée un sentiment d’ouverture, de confort et de sécurité », explique Mikael Gustafsson, architecte au sein du cabinet von Horisont Arkitekter AB, à Malmö. Associé au projet depuis le départ, c’est lui qui a conféré à l’école sa modularité : le complexe est divisé en unités pouvant accueillir une cinquantaine d’enfants et d’adolescents et comprenant chacune deux salles de classe, des salles d’étude, des espaces récréatifs et des lieux réservés aux activités collectives. Des cloisons coulissantes permettent de transformer une grande salle en plusieurs petites et vice versa. Grâce à cette modularité de l’espace, Elmeskolan ne préfigure pas seulement l’école de l’avenir d’un point de vue énergétique : elle promet aussi d’être pionnière sur le plan pédagogique.